4 avril : une cérémonie de levée des couleur plus sobre que jamais

 4 avril : une cérémonie de levée des couleur plus sobre que jamais

Le 60ème anniversaire de la fête de l’Indépendance du Sénégal, célébré dans un contexte de la pandémie de Covid-19, a été fait tout en sobriété, en cohérence avec les mesures de l’État d’urgence, interdisant les rassemblements, entre autres consignes. Cela a duré en tout, un peu plus de cinq minutes. Inédit.

« Sobre et symbolique », avait insisté le chef de l’État, Macky Sall, dans son message du 3 avril. Il en a été ainsi. À la place du grand défilé civil et militaire qui devait marquer l’éclat des 60 ans du Sénégal, que les circonstances exceptionnelles liées à la sévère pandémie de Covid-19 ne permettent pas, le président Sall a présidé ce samedi, 4 avril au Palais de la République, une cérémonie de levée des couleurs, dans la cour d’honneur du Palais de la République. Toutes les autres manifestations initialement prévues ont été annulées sur l’étendue du territoire national.

À 10 heures, le ministre des Forces armées, Me Sidiki Kaba, un des très rares à assister à la cérémonie en compagnie des autorités des différents corps des forces de défense et de sécurité, était déjà sur place. La Cérémonie a consisté à une prise d’armes suivie de l’exécution de l’hymne national. Pas de poignées de mains, pas de discours. Covid 19 est passé par là. Dans le contexte de crise sanitaire, le thème de la fête de l’indépendance portait d’ailleurs, cette année, sur « le rôle des Forces de défense et de sécurité dans la gestion des pandémies et autres catastrophes ».

Hier, dans son discours, le chef de l’Etat est revenu sur le sens de la sobriété donnée à la cérémonie de ce jour : « Au-delà des opérations liées à l’état d’urgence, l’Armée soutient également notre vaillant personnel de santé, dont je salue, à nouveau, la disponibilité, le dévouement, le courage, la compétence et surtout le professionnalisme. Cette pandémie de Covid-19, inédite par sa brutalité, son ampleur et ses effets paralysants, renseigne à suffisance sur les nouvelles menaces qui pèsent sur l’Etat-Nation. Nos Forces de défense et de sécurité doivent donc s’adapter davantage à la prise en charge de ces périls, au double plan stratégique et opérationnel. Je poursuivrai le renforcement des capacités de nos Armées à cette fin. Face à cette pandémie sans précédent que nous vivons, je suis rassuré que toutes nos forces, toutes nos intelligences sont unies dans le même élan de lutte. »
Une brise marine (comme on en aime) balaie en surface le palais de la République. Le soleil brille sur les lieux quand, soudain, émerge à l’horizon,l’imposante silhouette du Président Macky Sall. D’un pas ferme et résolu, il parcourt le détachement qui lui rend les honneurs dans un impeccable alignement. L’hymne retentit. Tout le monde se fige. La solennité est au rendez-vous pour célébrer avec sobriété la 60 ème édition de l’indépendance du Sénégal. Sait-on que dans les conditions normales, la fête du 4 avril mobilise des moyens humains et matériels colossaux sans compter les répétitions et les mises en conformité avant le Jour J, jour de la parade devant les corps constitués et le peuple en témoigne. Le contexte actuel, marqué par la pandémie du Coronavirus qui sévit, réduit la voilure de la fête sur instruction du Chef de l’Etat qui pilote la riposte. Depuis le 23 mars, décision a été prise d’instaurer le couvre-feu et l’état d’urgence en guise de précaution à l’expansion du virus par le biais de contacts multipliés. Le 30 mars le Parlement, réunit à proportion (pour respecter la distanciation sociale) vote à l’unanimité la loi d’habilitation qui permet au Gouvernement de la République de légiférer par ordonnance.

En amont la Classe politique, dans une sorte d’union sacrée, approuve les mesures du Président Macky Sall qui se félicite vendredi dans son discours à la nation du consensus politique autour des grandes options (politiques, sociales et économiques) prise pour endiguer ce fléau mondial qui n’en finit pas de s’étendre et de tuer. La virulence de la pandémie justifie les moyens conséquents mobilisés dans le but de protéger les Sénégalais et de les soulager de l’épreuve qu’il endurent en raison des restrictions qui s’imposent à eux. Une sobre prise d’armes, des forces de défenses dignes et un corps médical « compétent et professionnel », selon les mots du Président de la République, résument l’étape en cours de la lutte contre le Coronavirus. Le 4 avril 2020 a vécu. 

Murtudo Murti

Article similaire

Laisser un commentaire