Algérie: les étudiants ne veulent pas de la tenue d’une présidentielle

Views: 41
algerie:-les-etudiants-ne-veulent-pas-de-la-tenue-d’une-presidentielle

Algérie: les étudiants ne veulent pas de la tenue d’une présidentielle

Plusieurs centaines d’étudiants ont manifesté mardi à Alger contre la tenue d’une élection présidentielle, réclamée la veille par le chef d’État-major de l’armée algérienne. « Pas de vote », ont scandé les étudiants, accompagnés d’enseignants et de simples citoyens pour cette manifestation qui se tient pour la 28e semaine consécutive.

Le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, a appelé la convocation du corps électoral d’ici le 15 septembre prochain. Une prérogative qui revient constitutionnellement au président par intérim, Abdelkader Bensalah, et qui ouvrirait la voie à la tenue d’une élection présidentielle mi-décembre. Pourquoi le chef d’état-major qui détient les commandes du pays depuis la démission de Bouteflika est-il si pressé ?

Pour Khaled Drareni, journaliste indépendant, aller vite aux élections est la meilleure garantie que les caciques de l’ancien régime restent au pouvoir et que Gaïd Salah garde le contrôle. « Une élection rapide est une élection qui va certainement voir un homme du sérail prendre la présidence. Une élection qui se fait en 90 jours, ce n’est pas une élection qui verra une nouvelle tête se porter candidat, et pourquoi pas gagner le scrutin présidentiel. Le chef d’État-major a appelé à convoquer le corps électoral. C’est déjà une première dans les annales que le chef de l’armée demande à convoquer le corps électoral, puisque demander la convocation et la convocation en elle-même, ce sont évidemment les prérogatives du président. En l’occurrence, le chef de l’État intérimaire. Donc, c’est une ingérence flagrante dans les affaires politiques du pays. On savait que l’armée dirigeait les choses, mais elle s’en cachait. Aujourd’hui, elle ne s’en cache plus ».

« Un État civil, pas un État militaire »

Les étudiants se sont rassemblés sur la Place des Martyrs, vaste esplanade en contrebas du quartier de la Casbah, avant de défiler jusqu’à la Grande poste, bâtiment emblématique de la contestation qui agite l’Algérie depuis le 22 février.

A Alger et dans plusieurs autres villes du pays, selon les médias et réseaux sociaux, ils ont également réclamé « un État civil, pas un État militaire ».

L’annulation de l’élection présidentielle, initialement prévue le 4 juillet, a plongé le pays dans une crise constitutionnelle, le mandat de 90 jours du chef de l’État par intérim ayant expiré début juillet selon la Constitution.

M. Bensalah a annoncé qu’il resterait en fonctions jusqu’à l’élection d’un nouveau président.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *