Bougazelli ou la preuve flagrante des dealers du regime ! (Par Bougar DIOUF)

0
5
bougazelli-ou-la-preuve-flagrante-des-dealers-du-regime-!-(par-bougar-diouf)
J’écris cette fois avec une grande peur et une tristesse inégalée car étant sidéré de voir combien de fois le peuple est pauvre et abandonné par une classe politique nantie, des hommes d’affaires de plus en plus riches et une forme d’arrogances et d’ignorance sans égal, je me demande pourquoi nous méritons tous ces malheurs. 

Comment pouvons-nous imaginé une seule fois qu’un représentant de l’hémicycle de notre 13ième législature membre et du parti au pouvoir en l’occurrence Bougazéli pouvait se mêler à de telles criminalités de blanchiment de capitaux d’une telle valeur (32 milliards).

 Dans un contexte de 3ième mandat de son mentor Macky Sall, dans une contexte de vol de drogue au port, de vol de munitions de l’armée, de vol de voiture venant de l’étranges, dans un contexte de retrouvailles avec Karim et khalifa tous deux emprisonner pour de simple accusations et pour des montants dérisoires au vu des sommes que le pouvoir détient comme faux. 

Rappelez-vous de l’affaire Big Togo de 13 milliards, les 29 milliards de Mame Mbaye Niang prodac, les 6000 Milliards de Aliou Sall sur l’affaire Petrotim, timis, en passant par cette affaire non élucidée de Mamour Dillo de 94 milliards.

Etant membre direct du Front de résistance Nation FRN, je ne souhaite pas à chaque fois profiter des événements qui se produisent surtout sur une période de Dialogue national (Politique, Social… 😉 mais si cela est aussi grave et inattendu, je ne peux pas refuser de fustiger l’attitude des tenants du pouvoir avec tout ce manque de respect à notre égard.

En a croire, le beau parleur et l’un des complices de Macky pour un troisième mandat inopportun(débat pour les hypocrites) dans une république aussi démocratie et respecter comme le Sénégal, a été  arrêté dans sa voiture de fonction devant l’Assemblée nationale par la section de recherche de la gendarmerie lié à une salle affaire de faux billets de banques.
En parlant de la section de recherche de la gendarmerie, vous êtes sans savoir que depuis un certain temps, le Sénégal ressemble au QG des trafiquants de la drogue dans le Monde, le vol de voitures de luxes ou de pièces de voitures rares et chères, le vol d’armes presque de tout. 

Alors dans leur ingéniosité de déploiement pour mettre au clair tous ces crimes, nos vaillants gendarmes sont tombés dans un réseau de grands dealers de drogues, de vendeurs de voitures volées j’en passe, ces derniers sont tombés dans cette embuscade qui risque de bloquer tout leur travail car le gros poisson(Bougazéli) qu’ils ont attrapé est lié à un grand banditisme. 

Peut-on croire que Bougazéli est la main financière armée du régime qui distribue des enveloppes de 5 à 400 millions de francs CFA à des marabouts, imans, Outas, prêcheurs, prostituées, transhumants complices et comploteurs.
Durant toute la période de la campagne de l’élection présidentielle, vous tous, vous étiez témoigne de cette distribution de sommes d’argent extravagantes aux yeux de tous sans aucune vergogne pour corrompre les populations pour légaliser un vol d’élection présidentielle dans ce pays. 

D’où venait cet argent ? Caisse noir ? NON ! Cette argent vient de la revente de tonnes de drogues saisies, de matériels de valeurs volés au port ou à l’aéroport, de faux médicaments, de faux contrats de pétrole, presque de toute forme de saleté par les tenants du pouvoir dont leur chef n’est personne d’autre que Macky SALL le président de l’APR.

Exfiltré par le régime ou en cavale, la fuite du député trafiquant de faux billets de banque expose la criminalité du régime décadent, à l’agonie, de Macky Sall. Questions
Qui a peur de voir Bougazelli devant la justice? A-t-il été tué? Se prépare-t-on à lui faire la fête, dans une bavure qui serait une réplique de l’assassinat d’un religieux doublé d’homme d’affaires poursuivi et tué (ou forcé à se suicider) jusque dans la ville sainte de Touba? Qui a aidé le fugitif à se réfugier dans cette même ville? Pourquoi l’a-t-on libéré alors que les pandores tenaient en lui un précieux, diamantifère colis pour la gravité des actes qui lui sont reprochés?

Comment a-t-il pu se fondre dans la nature et qui l’a aidé à fuir? Où est-il exactement? Peut-il échapper ou cherche-t-on à le faire disparaître?
Grand polar, thriller palpitant, il n’en est pas moins dégoûtant. Et nul ne doit donc s’y tromper. C’est une affaire du siècle, une de plus, qui se donne à voir, sous les yeux, désormais habitués, du peuple sénégalais. 

En mettant la main sur cet extravagant parlementaire, dont le fils était déjà impliqué dans une affaire de trafic de drogue, c’est un pan, lourd, des crimes nourrissant le régime, pègre dans son ADN, qui se dévoile. Une question lourde surgit: est-ce que ce n’est pas le chef suprême qui est directement menacé?

Graves interrogations sur un régime de plus en plus décrédibilisé et croulant sous des scandales chaque jour plus sales. C’est en son cœur que le mal ronge désormais, et tel un volcan, ou un tsunami, plus rien ne semble en mesure d’arrêter la furie des éléments déclenchés du dedans par des acteurs soudain responsabilisés sans avoir jamais remisé au placard leur passé et identité criminels.

La situation est intenable. Quel pays au monde va désormais faire confiance à un tel pouvoir politique? Qui ne sait pas qu’il couve en son sein des criminels capables de détruire leurs économies, par la multiplication et la fabrication de faux billets, et leurs sociétés, par l’introduction de drogue venant d’un Etat devenu narco. Bougazelli est peut-être la goutte de trop. Pas la seule en vérité!

Elle a cependant servi de révélateur à un mal fatal qui s’est métastasé. 
En clair, ce n’est pas seulement la démocratie que le régime de Macky Sall tue. On peut même se demander si son braquage de nos ressources naturelles et les contrats sur des éléphants blancs, du TER à Diamniadio, sans oublier les surfacturations dues à Ibrahima Ndiaye IlaTodjeh-Ageroute, et les micmacs de Mamour Diallo et Mbaye Prodac, n’étaient que la face visible d’un iceberg plus dangereux.

Quand un tamtam s’achève dans la précipitation, le désordre fait triste à voir. Nous y sommes !
Qui ose désormais douter qu’un gang de malfrats tient le Sénégal en otage? 
Personne !

Mr Bougar DIOUF
Président du Mouvement Patriotique pour la République(MPR) La Jeunesse d’abord !
Membre Front de Résistance National

Leave a reply