Cameroun : Le gouvernement fait volte-face et reconnait le massacre de Ngarbuh

 Cameroun : Le gouvernement fait volte-face et reconnait le massacre de Ngarbuh

Suites aux accusations concernant l’implication de soldats camerounais dans un massacre survenu le 14 février dernier à Ngarbuh, l’Etat camerounais avait nié les faits avant de revenir sur sa position.

Après les investigations menées par des observateurs indépendants en collaboration avec des responsables de l’armée camerounaise, il s’est avéré que quatre militaires étaient impliqués dans le massacre de civils à Ngarbuh.

La Présidence a fait un communiqué le 21 avril pour situer les responsabilités. D’après ce communiqué les auteurs du massacres sont le commandant du 52e bataillon d’infanterie motorisée Nyiangono Ze Charles Éric, le sergent Baba Guida, perçu comme l’ordonnateur du drame, le soldat de première classe, Haranga et le gendarme Sanding Cyrille . Outre ces quatre militaires, dix civils membres du comité accompagnant, ont aussi été arrêtés.

Pour rappel, les faits incriminés se sont déroulés le vendredi 14 février pendant une opération de reconnaissance dans les villages de Ntubaw et Ngarbuh. Un assaut des militaires avait conduit à la mort de nombreux villageois, tués par balles et de plusieurs maisons incendiés.

I.S

Article similaire

Laisser un commentaire