• International
  • Canada

Les corps des deux adolescents suspectés d’un triple meurtre avaient été retrouvés mercredi dernier après une imposante chasse à l’homme de deux semaines.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 00h48, mis à jour à 00h56

Temps de Lecture 2 min.

Capture d’écran d’une caméra de surveillance d’un magasin de Meadow Lake, dans la province du Saskatchewan, montrant de dos Kam McLeod, 19 ans et Bryer Schmegelsky, 18 ans.
Capture d’écran d’une caméra de surveillance d’un magasin de Meadow Lake, dans la province du Saskatchewan, montrant de dos Kam McLeod, 19 ans et Bryer Schmegelsky, 18 ans. HANDOUT / REUTERS

La police fédérale canadienne a dévoilé lundi 12 août dans un communiqué le résultat des autopsies pratiquées sur les corps des deux jeunes Canadiens dont le funeste parcours a captivé l’attention de tout le pays durant plusieurs jours.

« Les deux hommes sont morts des suites de ce qui semble être un suicide par balle », a-t-elle indiqué, précisant enquêter pour déterminer si les deux armes retrouvées à proximité des corps sont également liées aux homicides dont sont soupçonnés les deux amis d’enfance.

Les autopsies n’ont pas permis de déterminer la date et l’heure exacte de la mort, mais il y a de « bonnes indications » que les deux hommes étaient vivants « pendant quelques jours » après avoir été vus pour la dernière fois fin juillet près de Gillam, dans le nord du Manitoba.

La gendarmerie royale du Manitoba (GRC, police fédérale) avait indiqué avoir retrouvé les deux corps mercredi dans un fourré, à quelques kilomètres de l’endroit où leur véhicule, calciné, avait été découvert. L’identification des deux corps met ainsi fin à une vaste chasse à l’homme qui a tenu le pays en haleine pendant plus de deux semaines.

Lire aussi Canada : vaste chasse à l’homme pour retrouver deux adolescents soupçonnés de meurtres

Une fuite de plusieurs milliers de kilomètres

Kam McLeod, 19 ans, et son ami d’enfance Bryer Schmegelsky, qui aurait eu 19 ans en début de semaine dernière selon les médias, sont accusés d’avoir tué mi-juillet un professeur de botanique de 64 ans, Leonard Dyck, qui enseignait en Colombie-Britannique (à l’ouest du pays), a priori sans préméditation et pour une raison inconnue. Ils avaient ensuite dérobé son véhicule puis parcouru quelque 3 000 km avant d’être repérés dans le nord du Manitoba, où se sont concentrées les recherches.

Pour retrouver la trace des deux fugitifs, la police canadienne avait déployé de nombreux moyens, dont des hélicoptères près de Gillam dans la province du Manitoba, le 27 juillet.
Pour retrouver la trace des deux fugitifs, la police canadienne avait déployé de nombreux moyens, dont des hélicoptères près de Gillam dans la province du Manitoba, le 27 juillet. SOCIAL MEDIA / Royal Canadian Mounted Police

La police, lourdement armée et épaulée par des chiens pisteurs, des drones et avions de l’armée munis de caméras thermiques, a ratissé jour et nuit la zone boisée dense et inhospitalière de 11 000 km2 peuplée d’ours, de loups et d’insectes piqueurs dans laquelle les fugitifs s’étaient retranchés.

Les deux adolescents étaient également soupçonnés du meurtre d’un jeune couple : Lucas Fowler, un Australien de 23 ans, et son amie américaine Chynna Deese, 24 ans. Leurs corps avaient été retrouvés le 15 juillet dans le nord de la Colombie-Britannique, d’où étaient originaires les meurtriers présumés.

« Il va être extrêmement difficile d’établir avec certitude le mobile. Evidemment, nous n’aurons pas la possibilité d’interroger les deux suspects », a déclaré le commissaire adjoint Kevin Hackett, porte-parole de la Gendarmerie royale du Canada de Colombie-Britannique chargée de l’enquête sur les trois homicides. Les autorités espèrent que des éléments matériels retrouvés dans le Manitoba pourraient aider à comprendre leur geste et ont promis de communiquer les résultats de l’enquête « au cours des prochaines semaines ».

Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions

Services