CE QUE J’APPELLE NOUVEL ORDRE MONDIAL: par Ibrahima Ba

 CE QUE J’APPELLE NOUVEL ORDRE MONDIAL: par Ibrahima Ba

« Le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut provoquer une tornade au Texas » nous professait Edward Lorenz. Cette formule trouve son sens dans le Covid-19.
Un virus né quelque part en Chine est aujourd’hui la peur bleue qui hante toute la planète terre et tous les humains sans distinction aucune. Le Covid-19 n’est pas que peur, tristesse ou mélancolie. Il est aussi révélateur de l’absurdité humaine. C’est ainsi qu’il doit nous pousser à repenser notre monde, notre existence et à chaque secteur d’activité qui sape cette existence.
Des métiers depuis longtemps relégués au second plan, des secteurs d’activités sans attention et estime apparaissent aujourd’hui comme sauveurs de la planète.
Je n’ai jamais été témoin de là où des médecins sont à l’unanimité applaudis.
Je n’ai jamais entendu dire que le monde pouvait suivre son cours sans activités qui génèrent des millions voire milliards de nos francs en fraction de secondes, le football notamment.
Je n’ai jamais imaginé que si le monde et son économie sont à genoux, l’éducation et la formation doivent ipso facto continuer.
A travers Covid-19, j’ai appris et compris l’essence et l’accessoire.
J’ai appris et compris que l’on peut se passer de tout sauf de l’éducation et de la formation, la santé et certaines activités sans lesquelles c’est l’hécatombe, la dèche.
Alors ce que j’appelle NOUVEL ORDRE MONDIAL :
C’est la valorisation et consolidation des secteurs de la santé, offrir une vie meilleure à nos médecins, infirmiers et sages-femmes. A tous ceux qui matin, midi et soir s’activent dans nos hôpitaux.
Ce que j’appelle NOUVEL ORDRE MONDIAL, c’est d’essuyer les larmes de nos enseignants qui ne demandent qu’un bien et mieux être pour exercer dignement afin de rappeler le passé, de cadrer le présent et sauver l’avenir.
Ce que j’appelle NOUVEL ODRE MONDIAL est qu’après Covid-19, qu’éboueur, ripeur, vidangeur, poubellier, nos forces de l’ordre…soient hissés au rang des incontournables et qu’ils soient récompensés et rémunérés à leur juste valeur.
Enfin, ce que j’appelle NOUVEL ORDRE MONDIAL c’est une introspection des gouvernants à l’égard des gouvernés. Mais aussi et surtout, rendre à César ce qui appartient à Jules.

Ibrahima Ba

I.S

Article similaire

Laisser un commentaire