Publicités
Digiqole ads

Cheikh Tidiane Gadio sur le Covid-19 : « C’est suspect ! Plus que suspect ! »

 Cheikh Tidiane Gadio sur le Covid-19 : « C’est suspect ! Plus que suspect ! »

L’ancien ministre des affaires étrangères du Sénégal sous le régime de Wade donne sa lecture sur l’impact de la pandémie du coronavirus dans le monde. Cheikh Tidiane Gadio pense que l’Afrique s’en sortira mieux que les pays occidentaux. Il cite son pays, le Sénégal dans lesoleil, comme exemple, dans la réaction mondiale sur l’impact économique et dans la lutte contre le virus.
« Si je prends l’exemple du Sénégal, le Gouvernement a très bien réagi et très vite. Le Président Macky Sall a pris une initiative majeure en appelant à une consultation nationale. Il n’était pas obligé de le faire. Il y a très peu de pays qui l’ont fait. Concernant l’Afrique, elle est indéniablement le ventre mou du système international. Elle est le continent le mieux doté en termes de richesses naturelles et en même temps le plus démuni. Aujourd’hui, nous avons la ressource la plus rare du monde et la plus importante qu’on appelle la ressource « jeunesse » », a analysé Dr Gadio.
Ce qu’il regrette est que « nous nous sommes arrangés pour être dans une posture où, effectivement, le reste du monde sous-traite ses malheurs, ses angoisses et ses désarrois avec l’Afrique. Vous voyez des pays qui comptaient 20 000 morts quand l’Afrique, au même moment, en dénombrait 200. Au lieu de se focaliser sur leur sort, ces États plaignaient notre continent pour ses vulnérabilités et son impréparation. Et apparemment, ils ont la larme à l’œil quand ils parlent de l’Afrique. C’est presque un exercice d’exorcisme : chasser le malheur de son esprit en le déménageant chez les autres, particulièrement chez les Africains, surtout qu’en plus d’être vulnérables, ils n’ont pas droit à la parole, même dans les instances internationales ».

Conséquence d’une telle logique, selon la déduction de l’ancien patron de la diplomatie sénégalaise, « les gens se sont mis à épiloguer sur la faiblesse des infrastructures sanitaires de l’Afrique qui prouvent, à leurs yeux, que dès que le virus envahira le continent, ce sera la dévastation, la catastrophe et des millions de morts ».

Au finish, Cheikh Tidiane Gadio constate « un paradoxe extraordinaire dans tout cela est, malgré le fait qu’ils soient mieux dotés en infrastructures, ce sont eux qui souffrent le martyre et la désolation. Au lieu de gérer ce problème, ils se sont mis à pleurer sur le désastre qui va s’abattre sur l’Afrique. C’est suspect ! Plus que suspect ! »

Publicités

Murtudo Murti

Article similaire

Laisser un commentaire

error: Le contenu est protégé !!