Covid-19 : les masques en tissus peuvent-ils faire l’affaire ?

 Covid-19 : les masques en tissus peuvent-ils faire l’affaire ?

Face à la propagation de la pandémie de Covid-19, experts et politiques encouragent davantage la population à s’équiper de masques. A Abidjan l’épicentre de la maladie en Côte d’Ivoire, le port du masque est désormais obligatoire. Cependant, face à la rareté de ces équipements de protection, les gouvernements et scientifiques sont en effet de plus en plus nombreux à encourager la population à porter des masques “alternatifs” pour se protéger du coronavirus. Même si ces masques artisanaux ns sont pas des gages de sécurité car il ne répond pas aux normes, contrairement aux masques industriels. “Il n’existe pas de preuve scientifique de l’efficacité des masques en tissu”,estiment dans un rapport la Société française des sciences de la stérilisation (SF2S) et celle de l’hygiène hospitalière (SF2H). Porter un masque en tissu ne suffirait donc pas pour être protégé du Covid-19.

Pourtant, même si l’efficacité des masques artisanaux reste à prouver, un certain nombre de spécialistes s’accordent à dire que le port d’un masque en tissu est toujours mieux que de ne rien porter du tout. Il pourrait en effet limiter les sécrétions des personnes contaminées, notamment celles des personnes malades qui sont asymptomatiques. “Nous sommes bien obligés de tolérer le port des masques en tissus, puisqu’ils permettent à l’individu qu’il soit malade ou pas de se protéger des éventuelles émissions de postillons. En ce moment nous sommes en pénurie d’équipement, donc nous encourageons dans un premier temps tout ce qui peut ralentir la propagation de la maladie, et ces masques sont bon pour protéger des projections en ce qui concerne la transmission directe, c’est pourquoi nous les tolérons.” lance la Dr AROUNAN DIARRA; président de l’ordre national des pharmaciens de Cote d’Ivoire, avant de rejoindre l’avis de ces collègues français “Cependant pour ce qui est de leur efficacité en thème de filtration de gènes et de barrière efficace, ce sont des aspects techniques qu’on verra après.”

Il faut cependant noté que s’il est mal utilisé, le masque artisanal, tout comme les masques chirurgicaux et FFP2, peut avoir l’effet inverse et favoriser la contamination d’une personne. Un certain nombre de règles doivent donc être rigoureusement respectées, explique le professeur Bertrand Dautzenberg, tabacologue, pneumologue à l’université de la Sorbonne et à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Premièrement, il est impératif de se laver les mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique pour ne pas contaminer le masque avant de l’enfiler. Afin de porter un masque correctement, il faut qu’il soit accroché aux deux oreilles, bien ajusté à la racine du nez et qu’il n’y ait pas de jet d’air sur les yeux lors d’une expiration forte.

Murtudo Murti

Article similaire

Laisser un commentaire