DECES D’OUSMANE TANOR DIENG : Un hommage national à un illustre serviteur de la République

Views: 65
deces-d’ousmane-tanor-dieng-:-un-hommage-national-a-un-illustre-serviteur-de-la-republique

Le chef de l’Etat a rendu hommage à Ousmane Tanor Dieng hier, à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (Aibd). Devant la République et les dignitaires politiques, religieux et coutumiers, Macky Sall est revenu sur le parcours exceptionnel de l’homme d’Etat dont une des sphères ministérielles de Diamniadio va dorénavant porter le nom.

C’est toute la République qui s’est déplacée à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (Aibd) pour rendre au président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) un hommage mérité. Déjà, à partir de l’autoroute à péage, la sortie menant vers le pavillon présidentiel est, pour les circonstances, très embouteillée. Il faut sortir des véhicules et marcher pendant une bonne vingtaine de minutes pour arriver à Mbadate, le pavillon présidentiel. Députés, ministres, présidents d’institutions, dignitaires politiques et religieux, hommes politiques, pouvoir et opposition confondus, etc. Tout cet aréopage de personnalités a du mal à se mettre sous les trois gigantesques bâches installées dans les lieux. Plusieurs autorités ont pris part à cette cérémonie d’hommage national. Outre le président de la République du Mali, Ibrahima Boubacar Keita, il y avait le président de l’Assemblée nationale du Sénégal et son homologue de la Gambie, la présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese), mais aussi plusieurs leaders politiques et des autorités religieuses et coutumières. Il y avait aussi les membres des institutions de la Républiques, les diplomates, etc.

A 14h30, l’avion de commandement de la République du Mali foule le tarmac d’Aibd. Quelques minutes plus tard, le Président Macky Sall quitte le pavillon présidentiel à bord d’une Limousine pour l’accueillir. Une demi-heure après, le vol spécial arrive enfin. Quelques proches politiques dont Serigne Mbaye Thiam et le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye entrent dans l’appareil pour en ressortir quelques minutes après. L’attente se poursuit. Des parents biologiques y étaient également. Ils étaient tout de blanc vêtus comme la plupart des proches du disparu. À 16h00, le chef de l’Etat sort du pavillon présidentiel accompagné de son homologue malien Ibrahima Boubacar Keita. Les deux hommes font la revue des troupes avant de s’arrêter pour saluer le drapeau et écouter l’hymne national. Le tout dans un silence de cathédrale. Après, ils se dirigent vers les hôtes de marque et la famille explorée, face aux bâches. La dépouille est portée par des militaires marchant sous le rythme de la musique des Forces armées. L’assistance est priée de se lever pour honorer la dépouille de cet homme qui a depuis longtemps servi la République.

Le parcours exceptionnel d’homme d’Etat
Vêtu d’un costume noir, le Président Macky Sall s’avance vers le pupitre. En ce « jour triste pour la République », le président a l’air triste. Le moment est solennel, il doit prononcer un discours d’hommage en la mémoire d’un de ses alliés politiques les plus fidèles de ces dernières années. Comme tous les Sénégalais, il est attristé par la disparition de la troisième personnalité de l’Etat, le président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), Ousmane Tanor Dieng, dont le décès est survenu le lundi 15 juillet dernier en France. « Nous voilà réunis dans la douleur pour accueillir et accompagner en sa dernière demeure la dépouille de notre regretté Ousmane Tanor Dieng, président du Hcct », dit le chef de l’Etat pour camper le décor. Cette cérémonie d’hommage national est empreinte d’émotion. Le Sénégal vient de perdre « un de ses plus illustres fils, un serviteur infatigable de l’Etat » qui ignorait congés et jours de repos. « Un homme politique de première classe auréolé aux valeurs cardinales », déclare Macky Sall.

Dans son portrait du défunt, le Président indique que Tanor est « un diplomate de carrière chevronné de profession, aux analyses lucides, au verbe mesuré et à la plume raffinée ». Le Président Senghor, rappelle-t-il, l’avait rappelé à ses côtés en 1978 parce qu’il cherchait un conseiller diplomatique qui sache écrire. Sous les magistères des Présidents Senghor et Diouf, Tanor gravira tous les échelons, se forgeant patiemment un parcours exceptionnel d’homme d’Etat, rompu aux plus hautes servitudes de la République, travailleur méthodique, sobre et discret. D’après le Président Sall, Tanor avait de la tenue et de la retenue parce qu’il était conscient des règles d’éthique et de la gravité des charges qui incombent aux serviteurs de l’Etat et de la République. Sa carrière administrative, du début à la fin, souligne le chef de l’Etat, est comme une leçon de déontologie post-mortem pour tout agent public soucieux du bien commun.

Un républicain hors norme
Tanor était également, selon le Président Sall, un homme politique de grande valeur. Il retient de l’homme sa grande courtoisie, sa sérénité de tous les instants et sa dignité, jamais pris à défaut dans le pouvoir comme dans l’opposition. Il avait, estime-t-il, une haute idée de la politique et de l’adversité politique. Selon Macky Sall, la scène politique était pour Tanor un lieu d’un débat d’idées fécond et policé parce que respectueux de l’adversaire et des intérêts supérieurs de la Nation. « J’ai toujours apprécié chez lui le sens aiguisé du dialogue apaisé, pour le compromis qui ne signifie pas compromission », a fait remarquer Macky Sall pour qui Ousmane Tanor Dieng était un républicain hors norme.

Le compagnonnage entre les deux hommes a commencé quasiment en 2009. Pour Macky Sall, Ousmane Tanor Dieng s’est illustré au sein de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) en partenaire ouvert, fiable et honnête. Pour lui, Tanor était un homme de son temps, qui comprend parfaitement le sens et l’essence de l’action publique parce qu’il avait la pleine mesure des enjeux nationaux et mondiaux contemporains. Il évoque, pour illustrer ses propos, le discours de Tanor de janvier 2016 devant l’Association internationale des maires francophones sur le péril environnemental qui menace la planète.

Ousmane Tanor Dieng était aussi, d’après le président de la République, un humaniste d’une urbanité exquise qui tenait aux valeurs de culture et de civilisation qui irriguent « nos terroirs ancestraux ; un homme attaché à ses racines ». Jeune, Tanor se faisait un point d’honneur de passer ses vacances à Nguéniène, son royaume d’enfance, pour se ressourcer et participer aux travaux champêtres. C’est pourquoi, indique le chef de l’Etat, il était si bien intégré à Kolda où il a effectué son stage pédagogique de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam).

Une des sphères ministérielles de Diamniadio portera le nom de Tanor

Pour honorer et perpétrer sa mémoire, le Président Macky Sall a décidé de donner le nom d’Ousmane Tanor Dieng à une des sphères ministérielles de Diamniadio. « Pour que chaque jour qui se lève offre ton souvenir lumineux un viatique pour les générations actuelles et futures », a souligné le Président de la République.

Tanor élevé, à titre posthume, à la Dignité de Grand officier de l’Ordre national du Lion
Le Président Macky Sall a élevé, à titre posthume, Ousmane Tanor Dieng à la Dignité de Grand officier de l’Ordre national du Lion, la plus haute distinction civile. Pour lui, Tanor était un compagnon fidèle et loyal. Aussi, a-t-il prié pour qu’il « repose éternellement en paix à Nguéniène qui lui était si cher ».

MACKY SALL, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : «Ousmane Tanor Dieng a toujours été d’une agréable compagnie»

Il y avait un sentiment mêlé d’affection et de respect entre Ousmane Tanor Dieng et Macky Sall.
A titre personnel, le Président témoigne qu’Ousmane Tanor Dieng a toujours été d’une agréable compagnie. « Je suis véritablement bouleversé par sa mort. Je perds en lui un allié fidèle et loyal, un conseiller avisé de l’ombre », a dit le Chef de l’Etat. En ce moment de deuil national, il a présenté les condoléances de la Nation à sa famille et à ses parents biologiques et politiques. Rappelant une vieille sagesse selon laquelle le vrai tombeau n’est pas dans la terre mais dans le cœur des hommes, Macky Sall conclut que Tanor « sera toujours dans nos cœurs ». « Nous ne t’oublierons jamais ! Pour nous, ta mort sera toujours une bonne leçon de vie. »

DECES D’OUSMANE TANOR DIENG : Un hommage national à un illustre serviteur de la République 1Ibrahima Boubacar Keita, président du mali : «Tanor est un homme d’une dimension exceptionnelle»

Le Président Macky Sall a tenu personnellement à remercier le Président de la République sœur du Mali, Ibrahima Boubacar Keita, qui, malgré ses charges, a tenu à communier avec le peuple sénégalais en cette douloureuse circonstance qui frappe la Nation. Le Président Keïta, souligne Macky Sall, est un frère avenant, pétri de valeurs ancestrales qui veuillent au maintien des relations de parenté et de bon voisinage. Ibrahima Boubacar Keita a chargé Macky Sall de transmettre son message à la Nation sénégalaise toute entière. Pour le Président malien, Feu Ousmane Tanor Dieng fut «un homme de bien, généreux, discipliné et courtois». Un homme, précise-t-il, d’une dimension exceptionnelle.

Par Aly DIOUF (textes) et Assane SOW (photos)

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *