• Idées
  • Royaume-Uni

Chronique

auteur

Eric Albert

Londres, correspondance

Dans le cadre de sa campagne en vue des législatives du 12 décembre, le chef du parti travailliste promet de financer un grand plan de relance « en taxant les riches ». Mais cela ne devrait pas rapporter autant que Jeremy Corbyn le promet, analyse Eric Albert, journaliste au « Monde », dans sa chronique.

Publié aujourd’hui à 15h03 Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Jeremy Corbyn à York, le 1er décembre 2019.
Jeremy Corbyn à York, le 1er décembre 2019. PAUL ELLIS / AFP

Chronique. Le Royaume-Uni est le pays d’Europe occidentale le plus inégalitaire de tous, non seulement entre les classes sociales, mais aussi géographiquement. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, de voir émerger après une décennie d’austérité et de stagnation des salaires un Parti travailliste beaucoup plus à gauche qu’autrefois, sous la houlette de son leader, Jeremy Corbyn.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En campagne avec les Britanniques

Pendant sa campagne pour les élections législatives du 12 décembre, celui-ci a promis un très grand plan de dépenses. Embauches massives dans les hôpitaux, augmentation de 5 % des salaires des fonctionnaires dès la première année, suppression des frais universitaires, scolarité gratuite pour tous dès l’âge de deux ans (au lieu de quatre ans actuellement), forts investissements dans les énergies renouvelables et les économies d’énergie… Au total, le parti travailliste envisage 83 milliards de livres (97 milliards d’euros) de dépenses courantes supplémentaires et 55 milliards de livres d’investissements (65 milliards d’euros) en plus par an.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections britanniques : la confiance disparue des électeurs, qui voteront pour la troisième fois en 5 ans

C’est énorme, l’équivalent d’une hausse de 15 % du budget annuel du Royaume-Uni, mais c’est potentiellement crédible. Les dépenses de l’Etat britannique passeraient alors autour de 45 % du produit intérieur brut (PIB), au-dessous du niveau actuel de l’Allemagne et de la France.

Ne pas faire fuir l’électorat des classes moyennes

« La vision du Parti travailliste est un Etat pas tellement différent de ce qui existe dans certaines économies d’Europe occidentale qui marchent bien », rappelle Paul Johnson, le directeur de l’Institute for Fiscal Studies, un institut d’analyses économiques. Pour le Royaume-Uni, ces dépenses consisteraient à revenir au niveau que le pays connaissait au milieu des années 1970. En d’autres termes, le Parti travailliste effacerait la révolution thatchérienne.

Ce qui n’est pas crédible, en revanche, est le financement de ces dépenses. Pour ne pas faire fuir l’électorat des classes moyennes, Jeremy Corbyn promet que seuls les riches, en l’occurrence les 5 % des personnes qui gagnent le plus, devront payer des impôts supplémentaires. « Notre programme est entièrement chiffré et il n’y aura pas de hausse de TVA, ni d’impôt sur le revenu, ni de cotisations sociales pour ceux qui gagnent moins de 80 000 livres (94 000 euros) par an », assure le leader du Parti travailliste. « On est de votre côté », ajoute-t-il.

Il ajoute une hausse de l’impôt sur les sociétés, une taxe sur les transactions financières, des impôts sur les plus-values en capital et sur les dividendes… Bref, seuls « les banquiers, les milliardaires et l’establishment », pour reprendre les mots de Jeremy Corbyn, seront mis à contribution.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Elections britanniques : « Dépenses, recettes fiscales... Les mauvais calculs de Jeremy Corbyn » 1

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil et y bloquera la lecture. L’autre appareil restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.