En Libye, la trêve n'est plus à l'ordre du jour

Views: 26
en-libye,-la-treve-n'est-plus-a-l'ordre-du-jour

En Libye, la trêve n’est plus à l’ordre du jour

En Libye, la trêve fragile adoptée par les Nations unies et acceptée par les combattants en Libye a été de courte durée. Elle n’a tenue que 24 heures. Les combats ont repris au sud de la capitale dès ce lundi 13 août au soir. Ce mardi matin, l’aviation de l’Armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Khalifa Haftar a procédé à de nouvelles frappes dans les zones de combats en banlieue sud de la capitale.

Les belligérants libyens ont eu bien du mal à respecter la trêve de 24 heures durant la fête de l’Aïd el-Kebir. Les forces de Khalifa Haftar ont refusé de l’appliquer en dehors de Tripoli. Plusieurs milices fidèles au gouvernement de Fayez el-Sarraj, l’ont tout simplement ignorée. Parmi elles, la brigade Soumoud, dirigée par Salah Badi, un milicien sanctionné par l’ONU, a notamment annoncé avoir lancé des mortiers sur des positions de l’Armée nationale libyenne (ANL), au nord de l’aéroport international de Tripoli ce lundi 12 août.

De son côté, l’ANL a profité de la trêve dans la capitale pour se repositionner au Sud. Elle est entrée dans la ville de Mourzouq qui avait connus des combats sur fond de divisions et de présence des groupes armés à majorité de Toubous tchadiens.

Ce mardi 13 août, l’ANL a conduit des frappes aériennes sur des éléments extrémistes au sud de Tripoli, où des combats avaient éclaté dès dès la veille. Ashraf Bayouk, un chef de milice connu, aurait été tué et un autre se serait rendu. Le secteur de l’aéroport est défendu par la milice de Ghnewa el Kikli.

L’ONU espérait que la trêve se prolonge. « Nous n’en avons pas l’intention », a déclaré un chef de l’ANL aux portes de Tripoli.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *