Face à ces deux puissants monstres, les Sénégalais n’ont plus que cette dernière invisible arme.

 Face à ces deux puissants monstres, les Sénégalais n’ont plus que cette dernière invisible arme.

Face à ces deux puissants monstres, les Sénégalais n’ont plus que cette dernière invisible arme.
Ces deux énormes forces sont en parfaite entente, même si elles font semblant de s’affronter quotidiennement.
Quel est donc leur secret?
Le premier monstre n’a en effet rien à envier à l’autre pour user de cette arme.
En effet un Cartel de drogues, par exemple, n’a-t-il pas la même structure que tout appareil d’état?
Ainsi, tout verticalement qu’horizontalement; toutes les autres organisations criminelles. Leurs chefs, superpuissances, ont même souvent de meilleurs services de sécurité et de renseignements que la plupart des petits États. Ces “barons”, riches comme Crésus par l’exploitation de la misère humaine, ont aussi leurs appareils de gouvernance qui transcende souvent les frontières: avec leurs bataillons de banquiers, avocats, analystes financiers, espions…en plus de leurs propres avions et leurs innombrables Palais, leurs scintillants parcs automobiles, tous plus luxueux que ceux des chefs d’état. Leurs milliers de serviteurs dévoués n’envient rien aux plus hauts gradés de n’importe quelle administration. Merci aux centaines de Milliards que brassent, chaque jour, ces organisations occultes.
Leur tentaculaire puissance, ne vient t-il pas de se confirmer avec le seul Dawood-Ibrahim, dont sept Milliards de Dollars, en seules propriétés, (quatre milles Milliards CFA), viennent d’être saisis par la justice britannique?
Par cette terrifiante force cachée aussi; le “Sinaloa-Cartel” règne en maître dans presque tous les pays de l’Amérique Latine, en ce 2020, avec sa cohorte de misère qu’entraîne toute endémique corruption étatique. Souvent, ces associations armées parasitent tellement ces états; qu’elles finissent par les renverser ouvertement, ou par des élections truquées.
Ainsi, nul ne peut plus contester les accointances flagrantes entre ces deux immenses forces: État et criminels. Toutes deux qui dansent main dans la main; pour peu que la Justice soit complice et ses agents pourris, comme au Sénégal.
Non seulement, tout le showbiz sénégalais, où l’art ne nourrit jamais son homme, baigne aujourd’hui totalement dans ces frauduleuses folles sommes. Toutes issues des plus glauques milieux mafieux.
Chanteurs, “artistes” et trafiquants sont devenus frères siamois.
Pourquoi réussissent t-ils donc si brillamment? Parcequ’ils n’ont en vérité qu’une seule règle, un seul game pour soumettre tous, même les États, qui n’ont pas cette faculté. Celle qui fait tout vrai succès, en tout, surtout en lutte politique.
Les jeunes sénégalais et les opposants n’en ont pas une seule goutte, en ce moment précis pourtant.
Grand temps donc de se rattraper; surtout en cette veille du 23 Juin.
(à suivre).

Almamy Abdoul Demba Tall

Publicités

I.S

Article similaire

Laisser un commentaire