Kebetu

Idrissa Samb, inspecteur des Impôts et Domaines, président du mouvement Djolof En Marche : « Des colosses sont en train de se battre pour succéder au président de la République Macky Sall. »

Views: 78
idrissa-samb,-inspecteur-des-impots-et-domaines,-president-du-mouvement-djolof-en-marche-:-« des-colosses-sont-en-train-de-se-battre-pour-succeder-au-president-de-la-republique-macky-sall. »

Idrissa Samb, inspecteur des Impôts et Domaines, président du mouvement Djolof En Marche :
Idrissa Samb, inspecteur des Impôts et Domaines, président du mouvement Djolof En Marche :  "Des colosses sont en train de se battre pour succéder au président de la République Macky Sall." 1
Dakaractu : Pourquoi vous avez organisé cette journée de solidarité ?

Idrissa Samb : Comme vous le savez, le moment de ramadan est un mois très spécial où le musulman peut, à travers des actes de bienfaisance, venir en aide à son prochain. C’est dans cet esprit que le mouvement Djolof En Marche (DEM) a décidé de ne pas être en reste pour venir en aide à une centaine de personnes démunies, choisies dans les dix quartiers que compte la  commune de Dahra.
Le don est composé de deux tonnes de riz, 70 paquets de sucre et 70 paquets de dattes.

Dakaractu : Votre mouvement a soutenu le candidat Ousmane Sonko à la dernière élection présidentielle : Quel bilan tirez-vous des élections présidentielles du 24 février 2019?

Idrissa Samb : Une satisfaction totale,  car nous avons fait de telle sorte que l’opposition soit forte et respectée dans le Djolof à travers le mouvement DEM en coalition avec Ousmane Sonko d’une part. D’autre part, nous sommes arrivés deuxième derrière la coalition présidentielle et devant les autres coalitions comme celle de Idrissa Seck. Rien qu’à Dahra commune, nous avons presque 2000 voix malgré les maigres moyens et la campagne de diabolisation de nos adversaires et les achats de conscience.
Nous sommes très satisfaits aussi du processus électoral et nous félicitons les vainqueurs.
Enfin, nous sommes très contents de notre position et de notre discours qui a fait que le pouvoir en place avait à un moment donné, peur de perdre la commune de  Dahra. C’est ainsi qu’ils ont mis des moyens colossaux avec le nouveau ministre de l’élevage et des productions animales Samba Ndiobène Ka, pour finalement renverser la tendance.
En somme, nous sommes très satisfaits, car si aujourd’hui le Djolof a deux ministres, en partie c’est grâce au mouvement DEM qui a fait travailler les deux ministres pour être enfin récompensés par le président de la République Macky Sall.

Dakaractu : Quelles sont vos perspectives? 

Idrissa Samb : D’abord le mouvement DEM réclame l’érection du Djolof en région et Dahra comme département.
Ensuite, nous demandons à nos deux ministres de rendre la pièce de la monnaie à la population du Djolof. Ainsi le mouvement DEM réclame que le ministre de l’intérieur fasse tout pour que Dahra ait un commissariat de police pour lutter contre l’insécurité grandissante ainsi que le vol de bétail. Nous réclamons aussi une caserne de sapeur pompier.
Pour ce qui concerne Samba Ndiobène Ka, nous le félicitons mais nous demandons qu’il fasse tout pour redynamiser le Centre de Recherche Zootechnique (CRZ)de Dahra qui est moribond ainsi qu’un abattoir national digne du Djolof.

Dakaractu : Quelles sont les perspectives du mouvement DEM ?

 Idrissa Samb : Le mouvement DEM est plus que jamais prêt à être au devant des combats prochains pour l’amélioration des conditions de vie de la population du Djolof. Pour cela il sera aux prochaines élections municipales soit seul ou en coalition. 

Dakaractu : Que pensez -vous de la suppression du poste de Premier ministre ?

Idrissa Samb : Pour ce qui concerne la suppression du poste de Premier ministre le président a soutenu que c’est pour que les choses aillent vite. Mais nous pensons que c’est pour éviter dans son camp des batailles de succession. Mais qu’à cela ne tienne, il y aura combat intra muros, car des colosses sont en train de s’activer dans son camp pour le remplacer.
Nous pensons aussi que le poste de chef de l’État est tellement difficile  qu’il aura forcément besoin d’un second comme un Premier ministre qui exécute sa politique.
Enfin, le président sans Premier ministre est très vulnérable et sera très exposé…

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *