Kebetu

Le gouvernement Conte obtient la confiance du Sénat italien

Views: 17
le-gouvernement-conte-obtient-la-confiance-du-senat-italien
  • International
  • Italie

Giuseppe Conte a obtenu la confiance du Sénat, au lendemain d’un vote dans le même sens de la chambre basse du Parlement.

Le Monde avec AFP et Reuters Publié aujourd’hui à 19h31, mis à jour à 19h33

Temps de Lecture 1 min.

Sans jamais nommer son adversaire, Giuseppe Conte a dénoncé « l’arrogance de celui qui réclamait les pleins pouvoirs », comme le dictateur Benito Mussolini.
Sans jamais nommer son adversaire, Giuseppe Conte a dénoncé « l’arrogance de celui qui réclamait les pleins pouvoirs », comme le dictateur Benito Mussolini. FILIPPO MONTEFORTE / AFP

Au lendemain d’un vote dans le même sens de la chambre basse du Parlement, le nouveau gouvernement italien dirigé par Giuseppe Conte, avec l’appui du Parti démocrate et du Mouvement 5 étoiles (M5S), a obtenu, mardi 10 septembre, la confiance du Sénat, qui compte 321 membres, ce qui signifie qu’il peut désormais prendre ses fonctions.

Le gouvernement Conte 2 a obtenu la confiance de 169 sénateurs, 133 votant contre et cinq s’abstenant, selon le décompte officiel, à l’issue d’un débat houleux pendant lequel la Ligue du Nord (extrême droite) a accusé la nouvelle coalition de trahir les Italiens en les privant d’élections législatives.

Le chef de la Ligue, Matteo Salvini, est à l’origine de l’éclatement de la précédente coalition, formée par son parti et le M5S. Il pensait ainsi obtenir un scrutin anticipé qu’il avait de bonnes chances de gagner, mais son pari a fait long feu, le M5S ayant décidé de s’allier avec le Parti démocrate, son ennemi de longue date.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Italie : face à Salvini, le réveil tardif de Giuseppe Conte

Débats animés

Au cours de son intervention dans l’après-midi, Matteo Salvini a attaqué durement M. Conte, l’accusant « d’être cloué à son fauteuil » de chef du gouvernement « comme une vieille momie de la première République », celle où la Démocratie chrétienne régnait en maître dans l’après-guerre. « Vous êtes la minorité dans le pays. (…) Vous pouvez fuir pendant quelques mois, mais pas à l’infini », a-t-il poursuivi en évoquant les élections régionales qui auront lieu dans les prochains mois en Italie.

Sans jamais nommer son adversaire, M. Conte a dénoncé dans sa réplique « l’arrogance de celui qui réclamait les pleins pouvoirs », comme le dictateur Benito Mussolini. Au moment de sa rupture avec le M5S, M. Salvini avait exigé un retour aux urnes, afin d’avoir « les pleins pouvoirs » pour diriger l’Italie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Italie, Giuseppe Conte s’est imposé comme véritable président du conseil
Contribuer
Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *