Le “NEM” potentiel traitement contre le COVID-19?

 Le “NEM” potentiel traitement contre le COVID-19?

Ces derniers jours, pendant que le Covid19 fait des ravages dans le monde entier et que le Sénégal se retrouve dans le casse-tête de la contagion communautaire, un potentiel traitement semble être possible avec la chloroquine, un traitement controversé puisque décrié jusqu’à aujourd’hui par une partie de la communauté scientifique. Didier Raoult, directeur de l’Institut Méditerranée Infection à Marseille, explique que la chloroquine montre des signes d’efficacité contre le coronavirus Covid-19.

Au Sénégal ce traitement a longtemps été utilisé contre le paludisme qui a lui aussi fait des ravages. De ce fait bon nombre de citoyens se ruent vers les pharmacies pour se procurer cette fameuse chloroquine, en rupture depuis longtemps, du fait de sa potentielle toxicité, tandis que d’autres se tournent vers le « Neem » ( Nom botanique Azadirachta indica ), une plante jadis utilisée contre le paludisme.

Grâce à ses propriétés curatives, Le Neem est considéré comme “celui qui guérit tous les maux”. Il est utilisé depuis des siècles comme phytothérapie dans diverses parties du monde. Les premiers textes médicinaux, rapportent des propriétés de ses fruits, feuilles, racines, écorces, graines et même de son huile.
Contrairement à la déduction faite par bon nombre de sénégalais, le Neem ne contient pas de la chloroquine, mais une variété de constituents tels que: nimbine, nimbidine, nimbolide, et limonoïde.

Cependant de multiples études ont confirmé leur rôle dans les activités anti-inflammatoires, antiarthritiques, antipyrétiques, hypoglycémiques, anti-ulcères gastriques, antifongiques, antitumoraux, antibactériens, et antiviraux.
Des études précliniques avec un composé actif extrait des feuilles, -le triterpénoïde- s’est révélé actif contre le Virus Coxsackie du groupe B, le polio virus, la dengue et HSV.
Aussi, le « Neem », Azadirachta indica a le potentiel de traiter la pneumonite Covid 19 qui est l’une des complications de l’infection au Coronavirus pouvant provoquer le décès. L’Agence de réglementation a besoin de plus de données sur le profil de sécurité, en particulier par voie inhalée avant de mener des essais cliniques. Nous nous demandons si une personne ou un groupe d’esprit similaire serait intéressé à y travailler. Actuellement, il y a eu des milliers de décès associés à COVID 19 et nous n’avons aucun traitement confirmé à ce jour, d’où la nécessité d’explorer toutes les pistes, dans l’espoir d’une éradication complète.

Rhodia

I.S

Article similaire

Laisser un commentaire