Loi d’habilitation: le GIR répond Ousmane Sonko!

 Loi d’habilitation: le GIR répond Ousmane Sonko!

En ce temps de crise nationale, certains n’ont toujours pas compris que l’impératif commun qu’on a de s’aligner derrière le Président de la République son Excellence Monsieur Macky SALL, est une demande sociale, contrairement aux allégations de monsieur Sonko qui pense que c’est une décision imposée à la population. C’est cette dernière justement qui exige une certaine maturité de toutes les forces vives de la nation, et notamment la classe politique, afin de mieux gérer cette crise sanitaire aux conséquences dévastatrices.

En ces temps de crise la notion de 《mieux opposition 》 peut se résumer à faire des propositions au Président de la République et de le lui laisser le soin avec ses conseillers et ses équipes techniques de faire un choix. Et non de crier au scandale à chaque fois que le Président adopte un avis contraire au sien.
Je pense qu’il est temps que monsieur Sonko respecte ses experts que regorge l’Administration sénégalaise qui ont fait un parcours similaire et même ou meilleur que le sien.

Ces temps de crise exigent moins de débats politiciens raison pour laquelle nous nous limiterons à montrer l’impertinence des accusations de monsieur Ousmane Sonko.

Rappelons que l’article 77 de la constitution dispose :
« l’Assemblée Nationale peut habiliter le Président de la République à prendre des mesures qui sont normalement du domaine de la loi ».

Dans les limites de temps et de compétences fixées par la loi d’habilitation, le Président de la République prend des ordonnances qui entrent en vigueur dès leurs publications mais deviennent caduques si le projet de loi de ratification n’est pas déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale avant la date fixée par la loi d’habilitation. L’Assemblée Nationale peut les amender à l’occasion du vote de la loi de ratification.
Pour comprendre cette disposition il faut jeter un œil sur le domaine législatif prévu par l’article 67 de la constitution. En effet en parcourant l’article 67 de la constitution il sera aisé de constater que l’article 1er du projet d’habilitation est loin d’être vague et imprécis. Ce dernier prévoit que le Président de la République soit habilité à prendre par ordonnance, dans un délai de trois mois à compter de la publication de la présente loi, toute mesure relevant du domaine de la loi pour faire face aux besoins d’ordre économique, budgétaire, sécuritaire et sanitaire. Or la lecture de l’article 67 permet de comprendre que le contenu du dit article dépasse largement les quatre domaines prévus par l’article 1er de la loi d’habilitation

Pourquoi il est impertinent de faires des détails dans cette lutte ?

Nous avons noté que depuis le début de la pandémie que les mesures ou stratégies de guerres dépendent de l’évolution du virus ce qui signifie que le Président de la République son Excellence Monsieur Macky SALL devra prendre plusieurs mesures dans plusieurs domaines, notamment sociale, économique, budgétaire, sanitaire et toute autre mesure qui sera nécessaire.
Donc nous nous devons de ne pas être dans les détails par soucis de sécurité et par soucis d’efficacité dans l’hypothèse où il nous faudrait reprendre la procédure, car on est face à une situation qui pourrait nécessiter d’autre actions.

L’impertinence de confondre l’article 52 et l’article 77 en espèce.

La volonté du Président Macky SALL est claire, Il fait référence à la gouvernance par ordonnance pour pouvoir prendre toutes mesures utiles dans la gestion de cette crise et les domaines prévus par la loi d’habilitation sont clairs et ne peuvent faire objet de détails par mesures de sécurité juridiques et d’efficacité.
Je me demande toujours pourquoi monsieur Sonko veut limiter les mesures ou stratégies de guerres aux simples mesures sanitaires ou d’hygiène publique au moment où on parle de confinement avec toutes les mesures d’accompagnement nécessaires à son efficacité.

Pour la violation de la constitution par rapport à la prorogation vous vous êtes encore trompé.

En effet, la prorogation peut se faire par loi au-delà des 12 jours ou bien par ordonnance lorsque le Président y est habilité par l’Assemblée Nationale. Et nous sommes dans le second cas de figure.

Chers républicains par respect à la volonté commune de ne verser sur aucune forme de politique politicienne je vais me limiter à l’adage ci-après

“QUAND LES BARBARES SONT AUX PORTES DE ROME ON ARRÊTE LES QUERELLES BYZANTINES.”

Chers républicains, continuons à nous mobiliser derrière le Président Macky SALL pour vaincre cette pandémie.

Signé #Babacar_Gueye_Mbaye Du Groupe D’Informations Républicain (GIR)

I.S

Article similaire

Laisser un commentaire