Me Khoureychi Ba, le plus activiste des avocats!

0
193

C’est sans doute l’un des avocats les plus reconnu dans la sphère judiciaire sénégalaise. Me Khoureychi Ba est né le 15 aout 1956 à Dakar. Fils du juge Tidiane Ba et d’une mère sage-femme, le destin de Me Khoureychi Ba était déjà tracé dans le chemin des vraies valeurs et de la rectitude. Son sens de l’honneur et de désir de justice lui a valu le surnom de Che Guevara du barreau de la justice sénégalaise; surnom bien sûr qui fait référence à l’ancien révolutionnaire cubain Che Guevara. Il est en outre le père du célèbre rappeur Khalifa Ababacar Khoureychi Ba connu pour son anticonformisme et son engagement pour la cause citoyenne.

Le journaliste-avocat

Des déboires contre la justice, Me Khoureychi Ba l’a connu aussi. En effet il a exercé le métier de journalisme et c’est avec Me Abdoulaye Wade qu’ils créent le journal Sopi. D’ailleurs, parlant de Me Abdoulaye Wade qu’il considère comme son mentor, il dira de lui que c’est « un homme, monument, d’une dimension exceptionnelle », et que c’est lui qui l’a « formé et formaté » malgré les réticences de certains membres de sa famille. Il sera emprisonné 6 mois durant sa période de stage pour avoir sorti un article intitulé. ‘’Les vrais faux résultats de cette élection’’. « Je devais être inscrit au grand tableau en fin de stage, après le 18 mars 1991. Or, mon emprisonnement de 6 mois est intervenu en plein stage, entre le 19 juillet 1990 et le 19 janvier 1991. »

L’homme des grands dossiers…de chefs d’Etats aux activistes

Si aujourd’hui Me Khoureychi Ba a une réputation légendaire c’est dans son implication dans les dossiers judicaires les plus lourds. D’ailleurs, à ce sujet il dira « Entre 1988 et 2019, j’ai eu à intervenir dans des affaires dans lesquelles des membres influents de l’opposition, des syndicalistes, leaders d’opinion et activistes ont été arrêtés dans une dizaine de pays d’Afrique. En France, j’étais le coordonnateur du collectif international des 33 avocats de Me Verges, poursuivi au Tribunal de Grande Instance de Nice, suite à l’affaire Omar Radad : « Omar m’a tué. »

Il a aussi plaidé au Mémorial de Caen sur les dossiers de feu Moshood Kashimawo Olowomé Abiola contre l’Etat. Au Congo, il a reçu mandat pour défendre le dossier du génocide Lari (depuis l’affaire des disparus de Beach, perpétré par Sassou Nguessou et son fils Kiki.), l’affaire du meurtre au Mali du journaliste Toumani Touré du journal Lynx tué par le clan d’Ibrahima Boubacar Keïta avec le rôle moteur joué par son fils, Karim Keïta.

L’un des avocats qui donnent espoir de croire encore en la justice sénégalaise.

En outre dans des dossiers judicaires les plus récentes, il fait partie des avocats qui ont défendu Khalifa Ababacar Sall ancien maire de Dakar condamné par la justice sénégalaise, il a défendu aussi le dossier d’Adama Gaye l’ancien journaliste et aujourd’hui de l’activiste Guy Marius Sagna. Dans un pays où la justice est au point mort ou à l’agonie, des avocats comme Me Khoureychi Ba sont de vrais pompiers qui tentent le tout pour le tout d’éteindre les feux de l’injustice et de donner une lueur d’espoir à la population sénégalaise qui ne se reconnait plus dans cette sphère judicaire instrumentalisé à des fins purement politiciennes.

 

la redaction de kebetu.com

Leave a reply