Reprise des cours: Les craintes et exigences du syndicaliste Saourou Sène…

 Reprise des cours: Les craintes et exigences du syndicaliste Saourou Sène…

Les enseignants se sont engagés pour regagner les classes. Cependant, d’après Saourou Sène, il n’est pas question «d’accepter que l’école soit un nouveau foyer de propagation»

Le retour en classe dans ce contexte du coronavirus au Sénégal alimente le débat le milieu scolaire. Du côté des enseignants, on étale des craintes et met le Gouvernement devant ces responsabilités. D’après le syndicaliste ; tête de file du Saems, Saourou Sène « On avait dès le début indiqué une position très claire. C’est le chef de l’Etat, de par ses prérogatives, qui avait décidé de la fermeture des écoles. C’est lui aussi, de ses prérogatives, qui ont décidé de leur ouverture. En tant qu’agents de l’Etat, nous nous conformons comme les autres agents de l’Etat qui aujourd’hui sont à l’œuvre. Il va s’en dire que les enseignants, en bons patriotes, ont compris le message et ils ont voulu regagner leur poste ». Cependant, exige l’enseignant, « il faut le regretter en tout cas. Le départ de ce soir (hier) ne rassure pas. C’est la raison pour laquelle, pendant qu’il est temps, il faut que le gouvernement corrige ce qui mérite de l’être dans le cadre du dispositif du transport. »

Il demande aussi à ses collègues de ne pas braver les risques de choper le virus du covid-19. Il prodigue: «une fois qu’on arrive sur place, il faut qu’on trouve aussi ces mesures de sécurité au niveau des établissements. Le problème que nous avions eu au départ, il ne faudrait pas qu’on le retrouve dans les établissements parce que nous avons dit à nos collègues enseignants, lorsque vous arrivez dans une école, il n’y a pas de thermoflash, il n’y a pas les mesure d’hygiène en ce qui concerne les gels, il n’y a pas le respect de la distanciation sociale avec 20 élèves par classe, ne prenez pas le risque de faire le cours, retournez chez vous ! »

Saourou Sène tempère encore et garde espoir en pensant que « l’autorité administrative, tout comme celle académique, comprendra la nécessité de faire respecter scrupuleusement le protocole sanitaire qui a été adopté et qui permet la réouverture des établissements. Je dois le préciser, nous sommes tous des Sénégalais patriotes, autant que nous sommes.»

C’est la raison pour laquelle, conclut le syndicaliste, que les enseignants acceptent « d’accompagner le gouvernement dans cette décision. Mais ce que nous ne pourrions pas accepter, c’est que l’école soit un nouveau foyer de propagation de la pandémie. Cela serait vraiment très dommage pour le Sénégal et pour l’école sénégalaise.»
P D S

I.S

Article similaire

Laisser un commentaire

error: Le contenu est protégé !!